Conversation Avec Un Professeur de Yoga

De plus en plus de gens de mon âge se sentent un peu perdus concernant leur choix de carrière, et je me pose moi-même beaucoup de questions en ce moment. C’est pourquoi j’avais envie de poser quelques questions à Sarah à propos de son récent changement de carrière et comment elle a concrétisé ses envies, mais aussi de la façon dont elle incorpore le yoga dans son quotidien.

J’ai rencontré Sarah à la fac, et je pense qu’il a vraiment été question de timing dans notre amitié. Nous n’étions pas si proches que ça à la fac, et c’est seulement des années plus tard que nos chemins se sont croisés à nouveau, que nous avons commencé à nous lier davantage et appris à mieux se connaître.

Nous nous sommes donc retrouvées pour un déjeuner sur Paris il y a quelques semaines sous un soleil de plomb, et avons discuté pendant une trentaine de minutes en exploitant les différents sujets que j’avais décidé d’évoquer. J’espère que vous trouverez son histoire et ses valeurs toutes aussi inspirantes.

Conversation With A Yoga Teacher
Conversation With A Yoga Teacher

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

C’est une première question difficile, ça ! Alors, j’ai 26 ans, je m’appelle Sarah et l’année dernière j’ai décidé de changer de travail et de faire enfin ce que j’aime, ce que j’ai envie de faire. J’ai donc décidé de me former pour devenir professeur de yoga. J’ai démissionné d’une grosse boîte dans laquelle je travaillais avant en tant que prévisionniste dans l’univers de la logistique. J’ai quitté cette boîte en décembre de l’année dernière et j’ai décidé que 2017 allait être l’année où j’allais faire la transition pour pouvoir vivre de ce que j’aime. En transition j’ai commencé cette année à travailler pour un ami à moi qui a monté une startup dans la consommation locale, donc c’est ce que je fais depuis janvier et en parallèle j’essaye de développer mon activité de yoga en passant notamment ma formation pour avoir ma certification et puis lancer mon activité au fur et à mesure en espérant qu’en 2018 je pourrai être à 100% dans le yoga, dans ce que j’aime.

Quelles études / parcours professionnel as-tu suivi ?

J’ai commencé mes études dans les maths à la base. Quand je suis entrée à la fac, j’avais un avenir tout tracé dans les mathématiques, c’était ma passion de l’époque, et j’avais absolument envie de devenir actuaire, ce qui aujourd’hui me surprend moi-même! Mais je pense que j’ai quand même assez vite compris que c’était pas fait pour moi. Enfin ça m’a quand même pris deux ans. J’ai fait deux ans de mathématiques appliquées à la fac et puis je me suis rendue compte que c’était un peu trop abstrait pour moi et que j’avais beau aimer les maths, ça suffisait pas pour passer toute sa vie là dedans et du coup j’ai un peu switché à ce moment-là. J’ai bifurqué vers quelque chose qui me paraissait un peu plus concret à l’époque ; je me suis dirigée vers les systèmes d’information en faisant une licence et un master 1 pour me destiner à faire du conseil en systèmes d’information. Et puis dans ma seconde année dans ce domaine là, j’ai rencontré la logistique, la supply chain pour être plus exacte. J’ai fait ma deuxième année de master dans un cursus de spécialisation en management de la supply chain.

C’est vrai que quand on regarde comme ça le parcours scolaire j’ai toujours été très sciences mais j’ai toujours eu une passion très présente pour tout ce qui est bien être, tout ce qui a trait au corps et à la santé.

Quel a été le déclic qui t’a amenée à changer de voie ?

Je ne sais pas si ça a été un déclic, comme je disais c’est quelque chose qui a toujours été présent, mais je n’avais peut-être pas encore la maturité ou l’assurance qu’il fallait pour me dire je le fais, je tente, et du coup pendant longtemps je l’avais en tête mais en me disant que ce n’était pas quelque chose dont on pouvait faire son métier. J’imagine que l’idée a fait son chemin tout naturellement dans ma tête sans même que je me rende compte.

Est-ce que ça a été une décision facile à prendre ? Tes proches ont-ils joué un rôle important à ce moment clé ?

Du côté de mes proches ça a toujours été super facile, mes parents et mes frères m’ont toujours soutenue, tout le monde m’a toujours dit « si c’est ce que t’as envie de faire, vas-y », après j’ai pas non plus fait des choix complètement fous ! Je suis quand même allée jusqu’à mon master et je pense que petit à petit ils savaient que ça faisait partie de moi et que j’avais d’autres choses qui m’attiraient. Je pense que c’était tout naturel quand je leur ai dit que j’avais envie de faire ça et puis j’ai pas tout arrêté du jour au lendemain non plus ! Je suis quand même quelqu’un d’assez prudente, peut-être un peu peureuse aussi, ce qui fait que du coup j’ai tendance à assurer mes arrières et là je me dis que ça a peut-être rassuré mes parents et ça a rendu les choses aussi plus faciles avec eux. A part ça mes frères, mes amis, mon copain, me soutiennent à fond donc pas souci de ce côté là, je pense que c’est plus moi qui me met un peu de pression en fait.

Tu portes une attention particulière au corps et au bien-être, notamment en terme de nourriture et de style de vie; as-tu été élevée dans cette pensée ou est-ce venu plus tard ? Tu peux préciser en quoi ce mode de vie consiste pour toi.

Non je pense que j’ai été élevée comme ça même si je n’ai pas grandi en mangeant comme je mange aujourd’hui. Le changement sur ma façon de m’alimenter est venu assez tard mais c’est quand même un mode de vie qui a toujours été présent. Ma mère a toujours été elle-même déjà assez portée sur le bien-être, on faisait quand même assez attention à ce qu’on mangeait.

Je pense que c’est venu assez naturellement, en grandissant on se dit qu’on a qu’un seul corps, qu’on va passer toute notre vie avec et autant en prendre soin et le traiter du mieux qu’on peut si on veut qu’il nous accompagne le plus loin possible. C’est vrai que si on regarde autour de nous on se rend compte qu’on a de plus en plus un mode de vie qui fait qu’on n’apporte pas beaucoup d’attention à notre corps, et on voit bien quels en sont les résultats. L’espérance de vie en étant en bonne santé est en train de diminuer, même si on vit plus longtemps, on attrape quand même des maladies qui pourrissent bien la vie de plus en plus tôt, et je pense que c’est un peu une prise de conscience pour moi.

Beaucoup de gens pensent que c’est des sacrifices de faire attention à ce qu’on mange, de faire du sport, mais en fait moi ça me fait du bien, jamais je ne ferais du sport en me forçant. Ca n’a jamais été une privation pour moi, c’est tout bête mais j’ai jamais vraiment aimé les bonbons, j’ai toujours été quelqu’un qui mangeait beaucoup de légumes et peu de viande, même avant de devenir végétarienne; donc en fait pour moi les changements que j’ai apportés maintenant sont plutôt dans la continuité. Après l’important c’est de s’écouter soi, et quand on se rend compte que ça nous fait du bien, on n’a qu’une envie c’est de continuer. Maintenant chacun a son propre corps, et personne ne peut le connaître aussi bien que nous donc je ne me vois pas imposer cela à qui que ce soit.

Conversation With A Yoga Teacher

Depuis quand fais-tu du yoga ?

Le premier cours de yoga où je suis allée, c’est ma mère qui m’a trainée là-bas, j’y suis un peu allée à contre-coeur; ça devait être en 2007-2008. Je m’endormais à tous les cours. Et puis bizarrement ça n’a pas été le coup de foudre du premier coup mais j’ai jamais arrêté. Ca m’a suivi pendant mes études, j’ai beaucoup pratiqué à la maison pendant un temps, en m’aidant beaucoup d’internet, et puis au fur et à mesure c’est devenu une constante au moment où ma vie changeait pas mal : mes études, mon départ au Canada où ça m’a suivie, puis quand je suis rentrée. Comme c’était dans ma vie depuis aussi longtemps, je me suis dit pourquoi j’en ferais pas ma vie finalement.

Que réponds-tu aux personnes qui pensent que le yoga n’est pas un vrai sport ?

Ahah je suis assez d’accord. C’est vrai que ce n’est pas un vrai sport. Enfin je ne sais pas ce que ça veut dire un vrai sport, mais en tout cas je pense qu’on ne peut pas dire que le yoga c’est que du sport. C’est sûr que c’est du sport, parce que ça permet d’entretenir le corps, mais si on entend par sport quelque chose où l’on se pousse et où on est dans la performance, on essaye d’aller plus loin à chaque fois, c’est sûr que là je trouve que non, ça répond pas trop à ce critère là, par contre c’est beaucoup plus, c’est un état d’esprit, un mode de vie. On pense souvent que le yoga ce n’est que la dimension physique, c’est-à-dire les postures, etc. Moi j’en fais une forme qui est assez dynamique puisque je fais du Vinyasa, mais il y a d’autres formes qui sont beaucoup plus douces sur le corps et moins dynamiques et qui du coup perdent un peu cette dimension sportive.

C’est là où certaines personnes ont souvent l’image de quelqu’un en train de méditer, assis en lotus, mais au delà des postures, il y a toute la reflexion qu’on peut faire sur soi et sur sa vie. Le yoga nous accompagne à tout moment et pas uniquement quand on est sur son tapis en train de transpirer, c’est beaucoup plus large qu’un sport. Certaines personnes qui n’auraient pas l’usage de leurs jambes ou qui seraient handicapées peuvent tout à fait faire du yoga. Car le yoga signifie aussi prendre la vie comme elle vient, essayer de s’occuper de soi et d’être à l’écoute de soi, essayer de trouver une unité entre tout ce qu’on fait dans notre vie. On n’a pas besoin d’être dans le physique pour pratiquer le yoga.

Quels conseils donnerais-tu à un débutant qui souhaiterait s’y mettre ?

Surtout de ne pas y aller en se disant « ça y est je m’y mets, je vais faire 3 séances par semaine, je vais perdre du poids, je vais me sentir beaucoup mieux ». Ils vont surement se sentir beaucoup mieux en faisant du yoga mais je pense qu’il faut pas trop se mettre d’objectifs précis hormis de se dire « je vais me faire du bien », ça oui. Et puis je conseille de trouver un prof avec qui on se sent bien. L’autre jour j’écoutais un podcast de Rachel Brathen (Yoga Girl), et elle disait quelque chose comme « si vous sentez qu’avec votre prof vous n’avez pas envie d’aller boire un verre après, c’est pas la peine ». Essayez de trouver quelqu’un avec qui vous sentez que vous pouvez faire autre chose et qui arrive à communiquer dans le même langage que vous, car dans le yoga c’est important de comprendre là où le prof veut vous amener, au delà de la posture physique. Il faut aussi trouver le style de yoga qui vous convient. Il y a des gens qui ont besoin de quelque chose de très calme, de très doux, d’assez lent, et d’autres ont besoin de quelque chose de plus entrainant, de plus énergisant.

L’important c’est de trouver quelque chose qui nous correspond et de comprendre que le yoga fait évoluer le corps et l’esprit, du coup on ne pratique pas le même yoga toute sa vie. Il faut rester à l’écoute de son corps pour trouver ce qui est bon au bon moment. Il ne faut pas avoir d’attentes précises en y allant ni se mettre trop de contraintes, comme ça on reste ouvert. Plus on est ouvert, plus c’est facile d’attraper ce qui vient.

Conversation With A Yoga Teacher

Quels sont les bienfaits du yoga pour toi ?

Les bienfaits peuvent venir des postures, notamment sur le système musculaire et le système squelettique car ça fait travailler nos articulations et protège leur vieillissement. Ca permet d’assouplir mais aussi de renforcer nos muscles. Quand on renforce nos muscles, on renforce notre maintien, on est capable de protéger mieux notre squelette. Au delà du côté corps, il y a des bienfaits absolument fantastiques sur le système nerveux, il y a des bienfaits sur la circulation de l’énergie dans le corps. C’est vrai qu’il y a beaucoup de gens qui ne recherchent pas ça en premier en allant vers le yoga, mais pour moi c’est essentiel et c’est ce qui fait que lorsqu’on commence à rentrer dans l’approfondissement des postures, c’est génial et je pense qu’au final le yoga nous prépare à beaucoup de choses dans la vie.

Donc il y a des bienfaits sur le corps évidemment, moi je sais que j’ai énormément renforcé mon corps, notamment mon dos, j’avais beaucoup de maux de dos avant et maintenant plus du tout. Je sens que ma silhouette a évolué avec le yoga, mais je ne m’arrête pas à ce que je vois dans le miroir, même si je sais que le fait de se sentir bien dans son corps passe aussi par l’image qu’on renvoie. Du point de vue du système nerveux, je suis beaucoup plus capable de gérer mes émotions et mon stress. J’ai appris à connaître mon corps quand j’ai commencé le yoga et pourtant je faisais déjà pas mal de sport mais j’ai vraiment appris à écouter mon corps avec le yoga et je trouve que c’est un des bienfaits les plus immenses. Je n’ai même pas parlé des bienfaits sur le système digestif, le souffle, le coeur, les problèmes de tension, mais c’est vraiment fou et ça mériterait complètement un autre chapitre! Mais surtout le yoga ça permet d’apprendre tellement sur soi, et pas seulement sur le plan physique, et c’est ce qui est magnifique.

Pour finir, y a-t-il un mantra qui te colle à la peau ?

C’est intéressant que tu me poses la question parce que j’essaye moi-même de me trouver un mantra en ce moment pour ma méditation. Il y en a un auquel j’adhère même si c’est pas du tout de moi mais que beaucoup de gens utilisent, c’est juste de dire « you are enough » ou « toi, tu te suffis à toi-même » et je trouve qu’il y a beaucoup derrière cette phrase; on est souvent très dur avec soi-même, et ce mantra est vraiment top. Et sinon il y en a un autre aussi qui m’est plus personnel, mais que je trouve assez vrai dans ma vie. Je me dis qu’il faut laisser les choses venir à soi, quand on est dans le bon état d’esprit, et que quand on est ouvert et qu’on est prêt, les choses viennent à nous. En résumé, « just open your heart and things will come to you ».

Conversation With A Yoga Teacher

Un grand merci à toi Sarah pour avoir accepté de partager ton histoire avec nous et pour avoir traduit l'interview en anglais.
Sarah est active sur Instagram si vous voulez jeter un oeil et nous travaillons ensemble sur son site web à l'heure où j'écris ces lignes !